Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2022 7 19 /06 /juin /2022 09:35

 

 

                   1919 (suite)

 

 

 

8 juillet - L'Allemagne est le premier pays à ratifier le Traité de Versailles.

14 juillet - Premier défilé depuis l'armistice. Joseph Kessel, carte de presse en poche, fait son premier reportage pour Le Journal des débats : "Marchent les légions du monde à qui Paris fait une apothéose."

16 juillet - Au Conseil National de la SFIO, Léon Blum dit : "Nous avons cru que cette guerre serait vraiment la guerre du Droit. (...) La paix, ce n'était pas l'établissement d'un nouvel équilibre des forces, c'était le Droit, tout le Droit réalisé. Aujourd'hui nous ne pouvons plus abdiquer cette attitude. C'est pour cela que, s'il subsiste dans la paix une seule trace, une seule menace de violence et d'iniquité, la France ne peut plus nous sembler victorieuse. C'est pour cela que le Traité de Versailles vient nous frapper comme un reniement, comme une trahison !"

 

Août 1919 - Jean Cocteau est en villégiature dans le département des Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques). Sur la route du retour vers Paris, il passe par Aix-en-Provence pour travailler avec le compositeur Darius Milhaud* qui vient de rentrer du Brésil où il a passé plusieurs années comme secrétaire de Paul Claudel, ambassadeur de France à Rio de Janeiro et où il s'est lié d'amitié avec le compositeur Heitor Villa-Lobos. Ce dernier l'a emmené "dans des macumbas (cérémonies fétichistes afro-brésiliennes, accompagnées de danses et de chants), le fit pénétrer dans le milieu des Chôroes, lui fit connaître la musique du carnaval. La Suite "Saudades do Brasil" du compositeur français est un souvenir des mois qu'il passa à Rio en compagnie de Villa-Lobos."** Darius Milhaud est en train d'écrire une partition intitulée Le Boeuf sur le toit, qui est aussi le titre d'une chanson brésilienne. En septembre, Cocteau est à Grasse pour huit jours chez les de Croisset*.

23 septembre - Décès du dramaturge et auteur de livrets d'opérettes Georges Duval.

1er octobre - Reparution de Comoedia après quatre années d'absence pour cause de conflit. Fondée en 1907, cette revue est consacrée à l'actualité artistique, théâtrale et littéraire.   

 

2 octobre - Ratification par les députés français du Traité de Versailles signé le 28 juin et remis par Georges Clemenceau à la Chambre le 30 juin pour lecture et approbation. 372 députés l'approuvent, 53 votent contre et 72 s'abstiennent (20 députés sont absents). Le vote se répartit ainsi : 49 députés socialistes votent contre ; 33 députés socialistes s'abstiennent. La majorité des députés radicaux votent pour avec les Républicains de gauche, les Républicains progressistes et les députés de droite.

 

1er novembre-10 décembre - Le Salon d'automne se tient au Grand Palais. Y sont exposés : Manet, Monet, Renoir, Maurice Denis, André Lhote, Albert Gleizes, Amedeo Modigliani.

  

Le second semestre de l'année 1919 voit se dérouler les scrutins qui n'ont pu avoir lieu pendant le conflit mondial. Sous la IIIème République, les députés sont élus pour 4 ans. Les dernières élections législatives ayant eu lieu en mai 1914, le Conseil des ministres, présidé par le président de la République Raymond Poincaré, fixe dans sa séance du 7 octobre, l'expiration des pouvoirs de la Chambre alors élue 1914, au 7 décembre 1919, et fixe aussi les dates des autres élections selon le calendrier suivant :

Elections législatives (à un tour) : 16 novembre 1919 (un second tour est prévu pour le 30 novembre au cas où quelques élections n'obtiendraient pas un résultat assez clair pour s'affirmer dans un scrutin à un tour).

Elections municipales, 1er tour : 23 novembre ; 2nd tour : 30 novembre.

Elections des maires et délégués sénatoriaux : 7 décembre.

Elections des Conseillers généraux et Conseillers d'arrondissement : 1er tour : 14 décembre ; 2nd tour 21 décembre.

Elections sénatoriales : 11 janvier 1920.

Election du président de la République : entre le 7 janvier et le 2 février 1920.

Georges Clemenceau, président du Conseil, s'explique le 15 octobre devant la Chambre sur les dates des diverses élections. La Commission du suffrage universel présidée par le socialiste Alexandre Claude Varenne se prononce contre la décision du gouvernement et exprime sa volonté de placer les élections législatives en dernier et de commencer par les élections municipales. Cette proposition est rejetée par la Chambre par 324 voix contre 132. 

La campagne pour les élections législatives est dominée par la préoccupation de la lutte contre la Révolution dont la victoire des Soviets en Russie semblent être une première étape. La droite, rassemblée sous l'étiquette Bloc national, fait campagne sur ce thème. 

Le mode de scrutin qui est utilisé pour ces élections (réforme votée à la Chambre le 7 juillet 1919) est le scrutin de liste dans le cadre départemental, compromis entre le principe majoritaire et la proportionnelle. C'est ce même mode de scrutin qui sera utilisé lors des élections législatives de 1924. La loi du 21 juillet 1927 rétablira le scrutin uninominal d'arrondissement à deux tours qui sera appliqué en 1928, 1932 et 1936. 

Le refus des Socialistes de s'allier à d'autres formations de gauche ("Motion Bracke" votée lors d'un congrès socialiste en juillet 1919 qui exclut tout accord électoral avec toute autre formation politique, radicaux compris), entraîne la défaite des partis de gauche, le mode de scrutin favorisant avant tout les coalitions. Ces élections législatives sont donc un succès pour le Bloc national dû à la fois par la présentation de listes uniques, par la volonté de renouvellement qui poussait les électeurs à écarter les sortants, à voter pour des candidats anciens combattants majoritairement hostiles à la gauche et par la peur du bolchevisme. Le Bloc national gagne les deux tiers des sièges.

 

Lettre de Denise Herpain à Suzanne Herpain : "Paris, 15 novembre 1919. (...) Je suis naturellement tous les cours de licence : Anglais, Français, Latin, etc. J'y ai ajouté le cours d'esthétique de Victor Basch, d'abord parce que le sujet du cours est Wagner, ensuite parce que Basch passe pour révolutionnaire et que c'est un brevet d'idées avancées que d'être son étudiante. Or tu connais mes opinions politiques : "Tout ce qui est contre l'ordre établi A bas tout !" Extrait de Le Cercle de famille par André Maurois de l'Académie française (Editions Bernard Grasset, 1932) Victor Basch, docteur ès-lettres, professeur d'allemand, d'esthétique et de philosophie, président de la Ligue des droits de l'homme, sera assassiné à l'âge de 81 ans à Lyon, le 10 janvier 1944 par un groupe d'auxiliaires français de la Gestapo.   

3 décembre - Décès du peintre Auguste Renoir. Je ne retracerai pas ici la vie et l'oeuvre de ce peintre né à Limoges et décédé à Cagnes-sur-Mer. Je vous conseille de lire les deux ouvrages suivants :

Renoir par Jean Renoir (Editions Hachette, 1932);

La Vie et l'Oeuvre de Pierre-Auguste Renoir. Chez Ambroise Vollard, 28 rue de Gramont, Paris, 1919.

  

Le 8 décembre siège la nouvelle Chambre avec ses députés élus ou réélus comme Alexandre Millerand, Georges Mandel, Maurice Barrès, Georges Bonnefous, Paul Deschanel, Georges Leygues, André Tardieu, Louis Barthou, Raoul Péret, Aristide Briand, Paul Painlevé, Vincent Auriol, Marcel Cachin, Marcel Sembat, Jules Guesde, Léon Blum, Pierre "Marx" Dormoy, Camille Chautemps, Edouard Daladier. La nouvelle Chambre compte vingt-huit mutilés de guerre dont le député du Finistère Victor Balanant, que l'on surnomme "la Voie lactée" parce qu'il a sept citations dont six étoiles et qui a l'air si jeune (il est né en 1888) qu'il n'ose avouer son âge. Ce jour-là est aussi celui où les élus d'Alsace-Moselle reprennent place parmi les députés français. Jules Siegfried, député de Seine-Inférieure (natif de Mulhouse) et doyen d'âge, préside la séance et prononce ces paroles : "Le retour dans cette Assemblée des représentants de l'Alsace et de la Lorraine marque une ère nouvelle et magnifique de notre histoire. Ils reviennent enfin parmi nous, après de longues souffrances supportées avec une énergie et une fidélité admirables ; nos bras s'ouvrent tout grands pour les recevoir."

Le 17 décembre, il est procédé à l'élection du président de la Chambre des députés. Paul Deschanel, président sortant, est réélu par 478 voix sur 505 votants.

 

1919 a vu la parution d'un ouvrage cosigné par André Breton et Philippe Soupault, Les Champs magnétiques, première tentative d'écriture automatique (écriture sous la dictée de l'inconscient) et véritable signal de départ du surréalisme. Cinq ans plus tard, Breton écrira : "Les propos tenus n'ont pas, comme d'ordinaire, pour but le développement d'une thèse, aussi négligeable qu'on voudra, ils sont aussi désaffectés que possible. Quant à la réponse qu'ils appellent, elle est, en principe, totalement indifférente à l'amour-propre de celui qui a parlé. Les mots, les images ne s'offrent que comme tremplins à l'esprit de celui qui écoute."***

 

Le prix Nobel de la Paix 1919 est attribué au président des Etats-Unis Woodrow Wilson.

Le prix Nobel de Littérature 1919 est attribué à l'écrivain suisse Carl Spitteler.

Le prix Goncourt 1919 est attribué à Marcel Proust pour A l'ombre des jeunes filles en fleurs.

Roland Dorgelès obtient le prix Fémina pour Les Croix de bois.

 

 

 

* Source : Jean Cocteau - Jacques Emile Blanche . Correspondance (Editions de La Table Ronde, 1993)

** Heitor Villa-Lobos Compositeur 1887-1959, Esquisse biographique éditée par l'Ambassade du Brésil à Paris, novembre 1979.

*** Manifestes du surréalisme (1924) par André Breton (idées nrf, Gallimard) 

 

        

 

Partager cet article
Repost0

commentaires