Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2022 1 25 /07 /juillet /2022 16:03

 

 

C'était il y a cent ans...

 

 

 

 

                      1922 (suite)

 

 

 

Durant les mois qui suivent la Conférence de Gênes (voir chapitre précédent), la chute du mark s'accélère et, le 12 juillet, les Allemands en profitent pour demander un moratoire pour le paiement des Réparations que le nouveau Premier ministre anglais Andrew Bonar Law (au 10 Downing Street à partir d'octobre 1922) acceptera. Le gouvernement français accepte cette proposition de moratoire à contrecoeur, non sans avoir demandé des gages en Rhénanie et dans la Ruhr.

 

28 juillet - Décès de Jules Guesde. Né Jules Bazile en 1847, Jules Guesde avait fondé le Parti ouvrier français avant d'être élu député de Roubaix en 1893. En 1902, son parti devient le Parti socialiste de France auquel adhéra Marcel Sembat. En 1905, ce parti fusionna avec le Parti socialiste français de Jean Jaurès pour fonder la SFIO. Jules Guesde fut ministre d'Etat sans portefeuille dans le cabinet de défense nationale dirigé par René Viviani (août 1914) auquel participait aussi Marcel Sembat en tant que ministre des Travaux publics. Dans l'hebdomadaire Les Hommes du Jour daté du 27 février 1915, Jules Guesde et Marcel Sembat eurent droit à un portrait croisé sous le titre "Les Socialistes et la Guerre".

   

Août - Les Britanniques repoussent la demande de gages exprimée par la France lors d'une conférence à Londres. Le président du Conseil annonce qu'il a la possibilité d'une action unilatérale de prise de gages. Il prépare l'occupation de la Ruhr (1923).   

  

Eté 1922 - Paul et Gala Eluard, Max Ernst, son épouse Lou et leur fils Jimmy, Tristan Tzara et sa compagne, et Hans Arp passent l'été au Tyrol. Ils y sont rejoints par un journaliste américain, Matthew Josephson. Ce dernier, arrivé à Paris avec son épouse Hannah en octobre 1921 a fait la connaissance d'Aragon au vernissage de Man Ray le 3 décembre au Sans Pareil. Il rejoint alors avec enthousiasme le groupe Dada. Il est rédacteur de la revue Broom. Domiciliée à New York, cette revue est éditée à Rome depuis sa première parution en novembre 1921. Josephson la transportera à Berlin durant l'automne 1922 puis à New York durant l'été 1923.

Pablo et Olga Picasso passent l'été à Dinard. Picasso peint Deux femmes courant sur la plage (Musée Picasso, Paris).  

2 septembre - Arrivée à Paris du peintre Max Ernst grâce à de faux papiers. 

4 septembre - Décès à Chamonix de Marcel Sembat. Homme politique, député socialiste du 18ème arrondissement de Paris et amateur d'art, il était l'époux de la peintre Georgette Agutte. Ami de Henri Matisse et de Paul Signac, il a, à la tribune de la Chambre des députés, défendu en 1906 les théâtres populaires puis en 1912, les peintres cubistes.

8 septembre - Décès du peintre Léon Bonnat.

Septembre-octobre - Louis Aragon est à Berlin.

1er novembre - Décès du journaliste, romancier et dramaturge Alfred Capus. 

17 novembre - André et Simone Breton sont à Barcelone avec Francis Picabia qui y présente une exposition. Breton prononce une conférence. Simone contracte une paratyphoïde, maladie infectieuse provoquant des fièvres. Ces fièvres sont causées par des bactéries appartenant au genre Salmonella. La contamination résulte le plus souvent de l'ingestion d'eau ou d'aliments ayant subi une contamination fécale d'origine humaine ou d'une transmission directe de personne à personne. (Source : site internet de l'Institut Pasteur)

18 novembre - Décès de l'écrivain Marcel Proust au 44 de la rue Hamelin. Man Ray le photographie sur son lit de mort. Jusqu'en 1919, Proust habitait dans une petite chambre appartenant à sa tante au 102 bd Haussmann. Sa tante ayant souhaité la vendre, Proust fut contraint d'aller vivre rue Hamelin. Sa chambre a été reconstituée au musée Carnavalet.  

 

18 novembre - Arrivée à New York de Georges Clemenceau pour une série de conférences. Ce voyage fut déclenché par une publication de l'écrivain britannique Rudyard Kipling intitulée The King's Pilgrimage (traduite en française par Réné Puaux sous le titre Le Pèlerinage du Roi d'Angleterre aux Cimetières du Front), parue simultanément en Angleterre dans le Times et aux Etats-Unis dans le New York World où est évoqué l'effort de guerre étatsunien suivi d'un retour des Etats-Unis à l'isolationnisme. Un texte qui avait fait grand bruit aux Etats-Unis. Un journalisme américain demande alors à Georges Clemenceau ce qu'il pense de ce texte. Clemenceau déclare qu'il n'est pas d'accord avec les attaques de Kipling et dit : "Je suis prêt à aller m'expliquer directement aux Etats-Unis de mon propre chef et sans aucune mission de personne pour dire franchement quels sont à mon avis les droits et les devoirs de chaque peuple." Il précise : "Pourquoi ce voyage aux Etats-Unis ? Pour la même raison que vos ancêtres sont allés là-bas, pour s'éloigner de quelque chose qui menace de saccager cette Europe et cette France : l'oppression. (...) Les hommes qui se battent pour la conquête peuvent être vaincus ; les hommes qui se battent pour un idéal, jamais." Et il ajoute : "J'ai toujours aimé votre peuple, depuis que je suis arrivé à New York à la fin de la guerre de Sécession (...) Vous êtes entrés dans la récente guerre parce que vous ne pouviez pas rester en dehors, et très probablement vous entrerez dans la prochaine, plus vigoureusement, et pour la même raison que dans ce nouveau monde scientifiquement réduit, vous ne pouvez vous sauver vous-mêmes en restant hors de la zone de bataille. (...) Vous serez probablement dans les parages pour sauver la France dans la prochaine guerre." L'accueil fait à Clemenceau par les Américains est délirant. Il leur déclare ce qu'il avait à leur dire : "Je viens expliquer à l'Amérique que la France n'est ni militariste ni impérialiste, et que si elle maintient une armée forte, c'est parce qu'elle n' a pas, dans l'état actuel de l'Europe, d'autres garanties. Que ces garanties soient et nous désarmerons !"    

 

20-30 novembre - Exposition de Raoul Dufy intitulée Oeuvres récentes 1922 chez Bernheim-Jeune.

Novembre - Première parution du magazine Mon flirt (121 rue Montmartre). En dernière page, la rubrique "Allô... mon flirt" est consacrée à des annonces de rencontres.

20 décembre - Création au théâtre de l'Atelier de Antigone de Jean Cocteau avec des décors de Pablo Picasso, des costumes de Gabrielle Chanel et une musique de Arthur Honegger. André Breton qui ne rate jamais une pièce de Cocteau que ce dernier n'apprécie guère, ne sait si lui et ses amis dada seront les bienvenus. En pleine représentation, Cocteau demande à Breton de quitter le théâtre.      

 

Alors que sa première exposition parisienne n'a pas eu un franc succès, Emmanuel Radnistsky est obligé, en 1922, pour gagner sa vie, de renoncer temporairement à la peinture pour se consacrer à la photographie. Il réalise alors des portraits de personnalités du monde de l'art. Il publie un recueil de rayographies (photographies réalisées sans appareil, empreintes en négatif d'objets familiers) intitulé Les Champs délicieux préfacé par Tzara. 

Natif de la région de Chicago, le photographe Edward Weston ouvre son studio de portraitiste près de Los Angeles en 1911. En 1922, il traverse les Etats-Unis pour rendre visite à sa soeur qui vit dans l'Ohio, puis il se rend à New York. Durant ce voyage, il photographie des paysages avec leur poteaux télégraphiques, leurs lignes téléphoniques, ainsi que les cheminées de l'usine ArmcoSteel. A New York, il photographie les gratte-ciel qui commencent à s'élever au-dessus de Manhattan. Il fera des sites industriels et de la nouvelle architecture le principal sujet de son art. Plus tard, lorsqu'il vivra au Mexique, il photographiera des objets d'art populaire et d'artisanat traditionnel en vente sur les marchés. "Les artisans qui les fabriquent sont, à ses yeux, spontanés et sans calcul, qualités qu'il ne retrouve pas chez des artistes comme Man Ray ou László Moholy Nagy, dont l'irritent les photographies racoleuses et maniérées." 

 

Le Prix Goncourt 1922 est attribué à Henri Béraud pour son roman Le Martyre de l'obèse. Ce roman fera l'objet d'un film réalisé par Pierre Chenal en 1933.    

 

 

 

Les huit chapitres de Anni olibrius ont pu être écrits grâce à la consultation des ouvrages suivants (hormis les romans dont les titres ont déjà été cités) :

 

Histoire politique de la IIIème République (7 volumes) par Edouard Bonnefous

La fin d'un monde 1914-1929 par Philippe Bernard (Editions du Seuil, 1975)

La vie quotidienne au Palais-Bourbon à la fin de la IIIème République par André Guérin (Hachette, 1978)

Léon Blum par Jean Lacouture (Editions du Seuil, 1977)

Le monde selon Clemenceau par Jean Garrigues (Taillandier, 2014)

La constellation surréaliste par Alain et Odette Virmaux (La Manufacture, 1987)

Gala par Dominique Bona de l'Académie française (Flammarion, 1995)

Catalogue de l'exposition Jean Cocteau, sur le fil du siècle au Centre Pompidou (Paris) du 25 septembre 2003 au 5 janvier 2004.

Catalogue de l'exposition Entre Jaurès et Matisse, Marcel Sembat et Georgette Agutte à la croisée des avant-gardes, Archives Nationales (Paris) du 2 avril au 13 juillet 2008.

Edward Weston 1886-1958 par Terence Pitts et Ansel Adams (Taschen GmbH, 2013)

 

 

   

Partager cet article
Repost0

commentaires